samedi 22 août 2009

Les ZOtres n'ont qu'à bien se tenir

Les gens n'achètent plus de disques ?
La qualité n'est plus un critère ?
Internet a tué la musique ?

OK, on fonce.


Et tout ce qu'on peut dire que Lartizan a eu bien raison de se baser sur cet axiome pour fonder son label LZO records d'autant qu'il y a toujours des gens qui achètent des disques.

Enfin il y a moi quoi.

Et profitant d'un afflux de richesse suivant un mois de travail acharné (si si) j'ai été heureux de piller le shop en ligne de LZO et lorsque j'ai reçu le fruit de mes pillages j'étais encore plus heureux parce qu'en prime de mes achats j'avais droit à quelques stickers (dont un qui a gonflé l'égo de tous les Rapanizationneurs, en particulier Taiji), flyers et pages du Monde.

Mais surtout j'ai reçu tout un tas de disques très très excellents en plus à un prix abordable (et sans frais de port hein !), j'en chroniquerai peut-être quelques-uns à l'occasion, qui sait ? (et qui s'en soucie ?). Toujours est-il que ça m'a renforcé dans mon idée que si après une catastrophe bénéfique tous les labels Hip Hop devaient fermer leurs portes et tous les rappeurs français pointer au Pôle Emploi en exceptant un seul et unique label, ce serait sans hésiter LZO le label qu'il faudrait rescaper. Il faudrait juste qu'ils signent La Caution, James Delleck, Rocé, Aelpéacha et -soyons fous- Booba en plus dans ce cas-là.

Et le rap s'en porterait des millions de fois mieux.





(p)&(c) Achim Shark 2009

Gonfleur d'égo(quoi quoi il y a des fautes ?)


Many things have changed

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire