mardi 6 avril 2010

Il aime parler de lui à la troisième personne

Achim Shark est né à l’aube des temps dans la noble cité d’Alcédéa, un endroit où régnaient la paix, l’amour et l’unité dans le plaisir sous le règne du sage Roi-Poète. Jaloux de leur prospérité, les voisins babyloniens firent résonner tocsins et tambours guerriers. Ils vinrent de nuit armés de cimeterres, détruisirent les murailles et brûlèrent la cité bénie. Achim Shark fut emmené captif, plongé dans une geôle obscure entre Sodome et Gomorrhe. Là, il aiguisât sa plume durant des siècles jusqu’à ce qu’il puisse échapper à ses bourreaux. Du moins, c’est ce qu’il aime à raconter. Il semblerait en réalité qu’il soit né il y a un peu moins d’un quart de siècle dans une petite cité balnéaire du sud de la France où il vécut une jeunesse banale et sans histoire. Sans réelle raison il lui arrive de multiplier vers boiteux et rimes bancales regroupés en des ensembles qu’il aime à appeler « poèmes ».

Rien d’intéressant en vrai.




(p)&(c)Achim Shark 2010
image tirée de Kreepy Kat par Alan Karr

1 commentaire:

  1. C'est pareil pour nous tous. Sauf que moi je fais même pas de poèmes.

    RépondreSupprimer