mardi 30 juin 2009

Rapapodcast #12

Les rapapodcasts sont des playlists (principalement rap) visant à faire découvrir des nouveaux artistes ainsi que des titres phares du Hip Hop. Elles sont présentées à titre gratuit dans un but promotionnel sur le site www.rapanization.com. Je mettrai sur mon blog les rapapodcasts que je réaliserai moi-même. Si vous disposez des droits d'un morceau ou êtes un représentant des ayant droit et que vous souhaitez la disparition d'un morceau, écrivez-moi à achim_shark[at]hotmail.fr.


Rapapodcast #12 :

01 - MSJ - Ms.Def.If (2008)
02 - Gérard Baste - Bis bis (2006)
03 - Digital underground - Brand nu swetta (1993)
04 - Luniz - I got five on it (1996)
05 - Philémon - Mon rap est... suite (2007)
06 - Weed Brothers - Le bon esprit (2007)
07 - Mad in Paris - Paris a le blues (1996)
08 - Ro-Cee - Gee phonk (1996)
09 - Kid Rolex feat. TTC - Trop in love (2006)
10 - Dr Dre feat. Snoop Doggy Dogg - Nuthin' but a G thang (1992)
11 - L'Exécuteur de Hong-Kong - Paradox man (2008)
12 - Coolio feat. LV - Gangsta's paradise (1996)
13 - Aelpéacha feat. Papillon et MSJ - Rider otop (2008)
14 - Cypress Hill - Low rider (2001)
15 - L'animalexxx - Bibine remixxx (2003)


rapapodcast #12.mp3

durée : 48mn 00s



Un rapapodcast ensoleillé pour rider comme un fou jusqu'au bout des longues nuits d'été...



(p)&(c) Achim Shark 2009

mercredi 24 juin 2009

Tekitek "Mes pelures sont plus belles que vos fruits"

« Mes pelures sont plus belles que vos fruits » ou le meilleur des freestyles de Tékitek aka Tékilatex. Je reste émerveillé par ce titre, comment trouver une parabole aussi extravagante voire même arrogante mais néanmoins poétique ? Et pourtant il n'en est pas faux car bien qu'il ne soit pas la sortie de l'année ce « street album » (comme on dit) se révèle une très bonne surprise et bien supérieur à la majorité des sorties crunk et dirty south.

Le disque commence avec « L'envol du corbeau » qui donne le ton du skeud. Rebaptisé Tékitek, Tékilatex a laissé de côté ses délires pop et disco de « Party de plaisir » pour servir un produit beaucoup plus rap aux ambiances très eurocrunk. L'ambiance est plutôt énervée, Téki n'est pas là pour rire « dans [sa] tête c'est Gotham city, chacun pour sa gueule », l'égotrip est omniprésent, Téki nous apprend qu'il est prêt à rapper « sur n'importe quel beat si t'as la thune/Mercenaire du rap moi j'en ai rien à foutre », il « tranche la gorge des rappeurs avec l'anneau de Saturne », « c'est l'heure de juger et [il a] des punitions pour tous », ici on est sur « la quatrième dimension et toi y'en es qu'à la une » et « c'est de la bombe et tu ne crois pas si bien dire/C'est la grande distribution et je suis une usine à hits/On a remarqué que nos classiques t'inspirent/On trouvera dans les tiens des phases des miens dans facile 15 piges ». On a bien compris, l'ambiance est égotrip tout au long du disque, blindé de punchlines mais Téki est bon à ça, alors pourquoi se plaindre ? L'ambiance eurocrunk très réussie de « L'envol du corbeau » se retrouve la majorité du disque, notamment sur « Bâton merdeux » et « The six pack anthem » mais les instrus restent d'un niveau inférieur. D'autres sonnent plus dirty south comme « Un million » ou « La messe ». « Miami lies » ou « Go go go (to the disco) » sont les exceptions dancefloor de ces pelures. En bonus Téki nous sert quelques freestyles sir des sons improbables comme « Rymden » sur de la pop suédoise.

Au niveau des invités, Cuizicuiz (mais pas Tidotid) vient prêter main forte à Tékitek sur plusieurs titres, par forcément pour le mieux comme sur « Un million » où il ne semble pas très en forme. Il se rattrape sur « The good guys » extrait de son troisième « Pour les filles » qui voit la meilleure prestation du Genevan Heathen de la série. L'ami suisse apparaît aussi sur « Miami lies ». Le So Fresh Squad qui apparaît au côté de Cuizi sur « Un million » aide à remonter le niveau du titre, mais pas suffisamment pour qu'il en devienne indispensable. Quant à Joke, il se révèle une agréable surprise.

Au final une poignée de titres resteront durablement dans la tête, « L'envol du corbeau », « Miami lies », « Truman show », « Je parle aux chats », « Googlez ma gueule », « Rymden » ou encore « La messe ». Mais dès quelques écoutes passées une certaine lassitude s'installe dûe à une certaine redondance des thèmes et des ambiances. Mais, soudainement, le CD s'approche de la fin de ses tournoiements, quelques notes résonnent : un sample, "Orange mécanique" et un beat super crade à l'ancienne. Voilà la pièce maîtresse : « Agent Orange » qui reprend le titre emblématique de Cage sur une instru de Necro sorti en 1997. Téki commence en répétant la première réplique d'Orange mécanique -toute la partie "C'était moi et mes droogies dans le bar à lait prenant des forces pour une bonne fête d'ultra violence"- sauf qu'Alex devient Julien.

Puis cela commence réellement, le beat revient et les punchlines s'enchaînent. « Le doyen du rap païen/Dieu est dans cet arbre » « Le poing en l'air sous le tonnerre/Quand Tékitek s'énerve c'est le ciel qui pique une grosse colère ». Téki nous sert un texte très riche comme il a oublié de le faire depuis un bon moment où se mèle étrangement égotrip et introspection : « Orange mécanique pour ma résurrection/J'ai perdu toutes mes illusions depuis ma crucifixion/Et je me pose même plus de questions à peine responsable de mes actes/Mes yeux pleurent des larmes de métal... » « Il n'y a pas que de l'amour sous cette épaisse couche de chair/Le visage lourd de peine/J'entonne aux jeunes de faire la fête/Qu'ils meurent tous un par un c'est tout ce que je pense dans ma tête/Vivement le silence dans ma tête/Que je n'entende plus ce que mes démons manigancent sans arrêt »...

Et le tout se termine sur un cut de l'intro du « Liquid Swords » de GZA « People said his brain was infested by devils ».

Je suis complètement fasciné à son écoute, il exprime énormément de ce qui se trame dans ma petite boîte crânienne, tout ce que j'essaye vainement d'exprimer depuis bien longtemps. Ce titre m'a fait un effet comme peu m'en on fait et justifie à lui seul l'achat de ce skeud qui ne manque pourtant pas de qualités.





(p)&(c) Achim Shark 2009

dimanche 21 juin 2009

Rapapodcast #11

Les rapapodcasts sont des playlists (principalement rap) visant à faire découvrir des nouveaux artistes ainsi que des titres phares du Hip Hop. Elles sont présentées à titre gratuit dans un but promotionnel sur le site www.rapanization.com. Je mettrai sur mon blog les rapapodcasts que je réaliserai moi-même. Si vous disposez des droits d'un morceau ou êtes un représentant des ayant droit et que vous souhaitez la disparition d'un morceau, écrivez-moi à achim_shark[at]hotmail.fr.


Rapapodcast #11 :

01 – Suprême NTM – Authentik remix (1991)
02 – Sinistre – Alcoolique (2005)
03 – Dee Nasty feat. Enz et Suspect – Ma life (2009)
04 – Eminem – My mom (2009)
05 – 0 800 – Choses vraies (2008)
06 – Tekitek – Agent orange (2009)
07 – DJ Muggs & Planet Asia – That’s what it is (2008)
08 – Disiz – Le temps précieux (2009)
09 – MAK – Andere utopia (2008)
10 – Nakk – La tour 20 (2002)
11 – Psykick Lyrikah – De plein fouet (2008)
12 – James Delleck – Festin nu (2007)
13 – Jay-Z – Takeover (2001)
14 – Mos Def – The rape over (2004)


rapapodcast #11.mp3

durée : 42mn 20s



...Selection With Attitude...



(p)&(c) Achim Shark 2009

samedi 20 juin 2009

Le Pingouin "Hyper urbain"

Lorsqu'on essaie de chroniquer un disque, quoi que l'on veuille, on en vient à coller des étiquettes et finalement ça se révèle assez pratique. La difficulté lorsque le premier album du Pingouin, groupe bordelais, « Hyper urbain » arrive à nos oreilles. Qu'est-ce que c'est ? Du rap ? Oui, mais pas que. Du slam ? On pourrait y penser mais finalement non. De l'électro ? Il y en a un peu mais ça reste malgré tout rock. Disons juste que c'est du « Hip Hop alternatif » pour cacher qu'on ne sait pas définir cet album atypique.

Les trois membres du groupe, Monsieur Crâne, Père Dodudaboum et Petit Fantôme s'en donnent à cœur joie durant les 12 titres de court LP à base d'électro-rock-funk-Hip Hop. Les formats des morceaux sont totalement anarchiques, certains n'ont pas de beat, peu ont un refrain, certaines commencent par un couplet pour finir totalement instrumentalement… Le Pingouin s'amuse à brouiller les pistes mais on sent que cela a été fait par pur plaisir et non pour avoir un style. Aux premières écoutes j'ai pensé à du James Delleck en un peu moins bien et beaucoup plus brouillon même si au final tout comparaison serait une erreur.

Les thèmes sont variés, les fachos, l'uniformité, l'Etat, la pornographie, la solitude, le suicide, le Hip Hop… Mais le groupe étant adepte de l'écriture automatique, rien n'a l'air tout à fait réfléchi, les textes suivent leurs propres routes, tout comme les instrus, le fil conducteur n'est pas souvent gardé durant tout un titre. Ce côté brouillon de l'écriture rends parfois les textes difficile à comprendre d'autant qu'ils sont parfois perdus dans la masse sonore très riche. Le plus gros reproche iraient néanmoins aux flows, pas toujours terrible, mais ça reste un premier album.

En bref, un album intriguant, peut-être un peu opaque à la première écoute mais qui réussit le pari difficile de l'originalité malgré un côté brouillon parfois agaçant. A suivre…





(p)&(c) Achim Shark 2009

L'Exécuteur de Hong-Kong "Le retour du mexicain"

En deux albums, l'Exécuteur de Hong-Kong a su créer son propre univers, mêlant humour, références cinématographiques et beats funky à souhait. Mais qui est donc cet exécuteur venu de Hong-Kong (mais qui est mexicain visiblement) ? Comme beaucoup de tueurs à gages, un nom cache deux visages : un MC, Terence Style, et un producteur, Mag Spencer.

L'accent sudiste assez marqué du MC fait parfois penser au Rat Luciano. Ce n'est pas leurs seul point commun, ils partagent également un flow monocorde et pas toujours formidable ainsi qu'une plume pas vraiment extraordinaire mais tous deux arrivent toujours à captiver l'auditeur grâce à une sincérité et une honnêteté évidente. Mais là s'arrête les similitudes car là où l'un fait dans la chronique sociale, l'Exécuteur baigne sa plume dans l'humour décalé et les histoires étranges adressant des clins d'oeils ravageurs aux films de série B des années 80/90. Pas de rap conscient ou introspectif même si parfois certaines phases laissent transparaître un message plus personnel et sérieux.

Ce fond agréable est magnifié par l'excellent travail de producteur de Mag Spencer nous livrent des instrus plus funky les unes que les autres. Dans un souci d'aération nous avons droit à quelques interludes instrumentaux (« Macao night club » est un bijou) et d'extraits de films. Au final ce n'est peut-être pas le disque du siècle mais au moins le méxicain nous sert un album rafraichissant et entraînant suant l'amour de la musique et, qui plus est, vieillit bien !





(p)&(c) Achim Shark 2009

lundi 15 juin 2009

People said his brain was infested by devils

Je commence ce post mais je n'ai rien à dire, j'aimerai juste partager mon coup de coeur du moment, l'hypnotisant "Agent orange" de Tékitek (aka Tékilatex).

Le lundi 8 juin est sorti "Mes pelures sont plus belles que vos fruits" ou le meilleur des freestyles de Tékitek en 2008 et 2009. Le titre est magnifique, comment trouver une plus extravagante -voire même arrogante- mais néanmoins poétique parabole ?

Le tout est assez bon mais lorsque le CD s'approche de la fin de ses tournoiements, quelques notes résonnent : un sample, "Orange mécanique" et un beat super crade à l'ancienne. Voilà la pièce maîtresse : Agent orange. Téki commence en répétant la première réplique d'Orange mécanique -Toute la partie "C'était moi et mes droogies dans le bar à lait prenant des forces pour une bonne fête d'ultraviolence"- sauf qu'Alex devient Julien.

Puis cela commence réellement, le beat revient et les punchlines s'enchaînent. "Le doyen du rap païen/Dieu est dans cet arbre" "Le poing en l'air sous le tonnerre/Quand Tékitek s'énerve c'est le ciel qui pique une grosse colère". Téki nous sert un texte très riche comme il a oublié de le faire depuis un bon moment où se mêle étrangement égotrip et introspection : "Orange mécanique pour ma résurrection/J'ai perdu toutes mes illusions depuis ma crucifixion/Et je me pose même plus de questions à peine responsable de mes actes/Mes yeux pleurent des larmes de métal..." "Il n'y a pas que de l'amour sous cette épaisse couche de chair/Le visage lourd de peine/J'entonne aux jeunes de faire la fête/Qu'ils meurent tous un par un c'est tout ce que je pense dans ma tête/Vivement le silence dans ma tête/Que je n'entende plus ce que mes démons manigancent sans arrêt"...

Le tout se termine brillemment sur un cut de l'intro du "Liquid Swords" de GZA "People said his brain was infested by devils".

Je suis complètement fasciné à l'écoute de ce titre, il exprime énormèment de ce qui se trame dans ma petite boîte cranienne, tout ce que j'essaye vainement d'exprimer depuis bien longtemps. Ce titre m'a fait un effet comme peu m'en on fait, je ne peux garder ça pour moi (même si personne ne passe par ici, c'est vrai) En tout cas c'est un titre plus qu'anthologique, alors écoutez-le en cliquant juste en dessous !

Tekitek - Agent Orange





(p)&(c) Achim Shark 2009
image piquée quelque part sur le net, elle-même piquée à l'affiche du chef-d'oeuvre de Stanley Kubrick "Orange Mécanique"

dimanche 14 juin 2009

Iraka 20 001 vs Lucia Micarelli "Portrait d'un ennui"

Hey hey les gens !

Aujourd'hui voici devant yeux éblouis le premier bootleg fait par mes mains potelées : la rencontre improbable entre la très talentueuse (et jolie) violiniste Lucia Micarelli et le très talentueux (et discret) rappeur Iraka 20 001. Le résultat n'est pas super probant, moins à cause des artistes que de la piètre oreille et du manque de doigté du bootlegueur. Néanmoins, le résultat se trouve juste là là :

Iraka 20 001 vs Lucia Micarelli "Portrait d'un ennui"





(p)&(c) Achim Shark 2009
image empruntée à la pochette de l'album "Black Violin" par Black Violin

dimanche 7 juin 2009

Rapapodcast #10

Les rapapodcasts sont des playlists (principalement rap) visant à faire découvrir des nouveaux artistes ainsi que des titres phares du Hip Hop. Elles sont présentées à titre gratuit dans un but promotionnel sur le site www.rapanization.com. Je mettrai sur mon blog les rapapodcasts que je réaliserai moi-même. Si vous disposez des droits d'un morceau ou êtes un représentant des ayant droit et que vous souhaitez la disparition d'un morceau, écrivez-moi à achim_shark[at]hotmail.fr.


Rapapodcast #10 :

01 – Square Lohkoh feat. Shydak – Faits divers (2008)
02 – Stress feat. Xavier Naidoo – Tu me manques (2002)
03 – Maison Closed vs Jay-Z – Party life (Wanabi bootleg) (2008)
04 – Les Gourmets feat. H & Dictate – Lèche vitrines (2008)
05 – Octobre Rouge feat. DJ Kodh – Trou noir (2002)
06 – Triptik feat. Jango Jack, Dany Dan & Dee Nasty – Hip Hop (Qu’importe la discipline) (2003)
07 – 113 feat. Doudou Masta – Truc de fou (1999)
08 – Sterna – Tu veux qu’je vote pour qui ? (2002)
09 – Sept&Lartizan – Système métrique (2008)
10 – X Men – Retour aux pyramides (1997)
11 – Eminem – I’m Shady (1999)
12 – Lunatic – Présentation (freestyle) (1996)

rapapodcast #10.mp3

durée : 42mn 09s





(p)&(c) Achim Shark 2009
logo Rapapodcast par THom4s

mercredi 3 juin 2009

DJ Sek - L'homme que l'on nomme DJ Sek Kessey

Les DJ sont toujours restés des héros de l’ombre, omniprésents et indispensables mais aussi discrets et oubliés derrière l’aura des MC’s. Pourtant certains ont marqués profondément de leur empreinte le Hip Hop et le rap français. DJ Sek est de ceux-là. DJ des Little MC’s à la fin des années et 80 et début 90 puis fondateur avec DJ Mars du label, mythique s’il en est, Time Bomb, il nous sort aujourd’hui ses Mémoires sous format CD : « L’homme que l’on nomme DJ Sek Kessey ».

Sur cet album nous retrouvons 25 titres, tous produits par DK Sek entre 1992 et 2009. Nous trouvons donc des crédits prestigieux : les Little, X Men, Lunatic, Oxmo Puccino ou encore Kery James pour les plus connus, d’autres plus confidentiels comme Mr JL, Diable Rouge, Jedi ou encore Sëar Lui-même. Côtés titres on retrouve des classiques tels « Pendez-les, bandez-les, descendez-les ! » des X Men, « Les vrais savent » de Lunatic, « L’enfant seul » d’Oxmo Puccino accompagnés de remixes et d’inédits, que ce soit des titres oubliés de la grande époque de Time Bomb ( « Présentation – freestyle »,Lunatic, « Mr Hyde », Ill « Des choses à dire », Oxmo Puccino, « Pour le freestyle », X Men et Jedi) ou des titres préparés pour la compil’.

Ce qui est remarquable tout le long de l'album est l'homogénéité des instrus qui ne devient jamais redondance. Les instrus sont très lourdes et opprssantes, le son est typiquement "Time Bombien" ou "DJ Sekien" malgré une grosse influence américaine (Mobb Deep par exemple). Comme le dit Rocé sur le petit hommage à DJ Sek « Voici Time Bomb qui arrive dans le rap français en 1995. C'est une grosse vague qui va chambouler la mouvance. Créer de l'écume, éclabousser la old school. L'inédit d'un son lourd, compression du sampleur, groove du séquenceur. On est très loin des break beats fonky de l'époque et des samples chargés de cuivres happy. L'heure est à la nonchalance, à l'oppression, au son gras et mélancolique, à la basse lourde et mafieuse. » Le talent exceptionnel de DJ Sek n'est pas là pour faire danser en discothèque mais pour faire vibrer les tripes en voitures ou aux écouteurs.

Globalement tous les titres sont excellents, le bémol que je mettrai serai sur le remix de « J’ai mal au mic » d’Ox qui perd beaucoup de la puissance de l’original et sur certaines instrus plus récentes paraissent calquées sur la tendance mais ça reste tout de même tout à fait écoutable (et appréciable). Le mix de DJ Nels est plus qu’excellent, tout en finesse, qui nous permet d’apprécier pleinement le talent des artistes et les instrus de DJ Sek, ici à l’honneur.

Ce n'est pas forcément le disque de l’année mais quelques heures d’écoute agréables sont à prévoir ! Un petit coup dans le rétro pour DJ Sek avant d'accélérer et devancer encore une fois un Hip Hop français sclérosé.

Note : 14/20

Tracklisting :

01 - DJ Mars&DJ Nels - Radio 77.420 "L'émission qui tue !"
02 - Diable Rouge - L'homme que l'on nomme...
03 - X Men - Pendez-les, bandez-les, descendez-les !
04 - Ill.G - Mr Hyde
05 - Oxmo Puccino - J'ai mal au mic (remix)
06 - Lunatic - Les vrais savent
07 - X Men - J'attaque du mix
08 - Ruddy Lapoz feat. FDy Phenomen - Ma rime paie
09 - Mr JL - Mon coin de paradis (remix)
10 - Jedi feat. Ill.G - Malka skaï des Comores
11 - Oxmo Puccino - L'enfant seul
12 - Oxmo Puccino - Des choses à dire
13 - Ritmo de la Noche - Je voulais m'en sortir
14 - Oxmo Puccino - Le cactus de Sibérie
15 - Prodige Namor feat. Kery James - L'année de tous les dangers
16 - Oxmo Puccino - Boule de neige
17 - Lunatic - Présentation (freestyle)
18 - X Men - J'attaque du mike
19 - Sëar lui-même - Echec et mat
20 - Mic Pro - Public ennemi
21 - Mystik feat. Ritmo l'âme du Razwaoir/Sinistre/Lino/BAB - Spécimens rares
22 - Oxmo Puccino feat. Dany Dan - J'rappe pour rien
23 - Mr JL - Arrogant
24 - X Men feat. Jedi - Pour le freestyle
25 - Les Little - Plus féroces pour faire mal





(p)&(c)Achim Shark 2009
artwork par Jeeklow
http://www.myspace.com/djsekkessey
http://www.myspace.com/djnelstimebomb
http://www.myspace.com/djmarstimebomb
http://www.myspace.com/timebombrecord